| | News

Un opéra sans public? «Le processus de création est plus puissant»

Julien Chavaz, directeur du Nouvel Opéra de Fribourg. Photo: Magali Dougados

Cet article est extrait de notre newsletter quotidienne «Le Point Coronavirus: Sortir de la crise». Inscrivez-vous, c'est gratuit!

Après trois mois de silence, les murs du Théâtre Nuithonie à Fribourg vibraient aux sons de la composition originale de Nicholas Stücklin samedi passé, le 6 juin. En aparté, pendant que l’ensemble des lieux culturels réfléchit encore à une réouverture en accord avec les normes sanitaires, le Nouvel Opéra Fribourg (NOF) jouait «Mélisande et Pelléas», une première unique car organisée sans public.

Quinze invités privilégiés ont quand même pu assister à ce retour en force de l’art vivant en Suisse romande. «Quel moment extraordinaire, très émouvant même si c’est étrange de faire des saluts pour une salle presque vide», commence Julien Chavaz, directeur du NOF. Mais pourquoi ne pas avoir accueilli 300 personnes puisque le Conseil Fédéral l’autorisait? «La décision du gouvernement nécessite une mise en œuvre qui ne n’improvise pas.»

Cet article est réservé aux abonnés.

  • Accédez en illimité à nos actualités, reportages et enquêtes.
  • Partagez des articles réservés aux abonnés avec vos proches
  • Soutenez une rédaction indépendante.
  • Rejoignez plus de 5000 lectrices et lecteurs qui croient en notre projet.
  • Bénéficiez de 30 jours d’essai gratuit et sans engagement.
S'abonner

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi