| | Radar

La pharma a du mal à faire face à la demande de vaccins

L’usine de Lonza à Viège a reçu l’autorisation de produire 300 millions de doses du vaccin de Moderna cette année. Photo: Keystone

Alors que les pays se battent à coups de statistiques pour savoir qui a le plus vacciné sa population –Israël est en tête avec 15% et même 40% des plus de 60 ans– les fabricants dont les produits ont été approuvés ou devraient l’être bientôt font face aux défis de la production en masse de doses, expliquent Les Echos. Entre les limites de la fourniture des composants nécessaires et les retards dans les approbations du plus gros fabricant potentiel AstraZeneca (février en Europe, avril aux Etats-Unis), on serait déjà au bord de la rupture.

Pourquoi c’est urgent. Au Royaume-Uni où le nouveau variant du coronavirus accroît la vitesse de transmission, les autorités se sont résolues à vacciner en masse avec les premières doses disponibles quitte à décaler l'injection de la deuxième dose jusqu'à 12 semaines au lieu de 28 jours voir à mélanger les vaccins sans donnée clinique pour supporter cette décision. En Suisse, où Lonza a reçu l’autorisation de produire 800’000 doses du vaccin de Moderna par jour, on attend impatiemment l’autorisation de Swissmedic et de l’Agence Européenne du Médicament afin d’éviter d’en arriver à pareille extrémité.

link

Lire l’article des Echos

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!

Lire aussi