| | Radar

Face à Delta, la droite ultra conservatrice se rallie aux vaccins

Après avoir longtemps refusé le vaccin, le leader de la minorité républicaine à la chambre des Représentants le soutient./Keystone/Stephen M. Dowell

Soutien du Rassemblement national en France, le maire identitaire de Béziers Robert Menard affirmait jeudi 22 juillet sur BFM TV son soutien sans ambiguïté à la vaccination tout en dénonçant «les amis de Marine Le Pen qui suggèrent que son obligation soit attentatoire aux libertés». Coïncidence ou non, la veille The Atlantic observait qu’aux Etats-Unis des éditorialistes de Fox News et des élus républicains ultra conservateurs changeaient d’opinion sur la vaccination et la recommandent désormais. Dans beaucoup de pays les sentiments anti-vaccins se retrouvent à des niveaux plus élevés parmi les électeurs qui soutiennent les partis les plus extrêmes (à droite comme à gauche) que dans la population générale.

Pourquoi c’est un tournant. Les partis ultras conservateurs ou nationalistes sont divisés sur la question vaccinale. Aux Etats-Unis la proportion de personnes vaccinées est nettement plus faible dans les régions où Trump a obtenu les meilleurs résultats électoraux que dans celles où c’était Biden. En France, des personnalités comme Nicolas Dupont-Aignan entretiennent des positions ambiguës en appelant par exemple les parents à ne pas faire vacciner leurs enfants. La tentation est naturellement grande de surfer sur le refus vaccinal d’une partie de la population. Il semble toutefois qu’entre ralentissement des campagnes de vaccination et arrivée du variant Delta, la tentation populiste d’instrumentaliser les vaccins soit en train de s’évaporer.

link

Lire The Atlantic